C’est déjà novembre, et chez Polychrome novembre tout s’accélère. Au programme trois visites d’expos
(Splendeurs et misères au Musée d’Orsay / Take me I’m Yours à la Monnaie de Paris / Warhol Unlimited au Musée d’Art moderne), une conf sur les lieux de mémoire LGBT aux USA par Gérard Koskovich, un atelier Genrimage pour déconstruire les stéréotypes sexistes dans les courts métrages de fiction, concert des Siren’s Carcass et +++ !

MAIS AVANT TOUT, et pour pimenter de mille feux (et mille fleurs) votre premier dimanche du mois, on se faire la joie d’inviter deux merveilleux/veilleuse artistes :

CASSIE RAPTOR et ALEJANDRO FLORES MORA.

CASSIE RAPTOR – Vulves illustrations

> graphiste, vidéaste et illustratrice, VJ(ette) de la « Wet For Me », magicienne des couleurs de la Newsletter Polychrome !

Cassie Raptor s’est faite remarquer dernièrement pour sa série d’illustrations de chattes, colorées et poétiques. “Le dessin est un bon moyen pour faire tomber les tabous.” Elle présentera une nouvelle série d’illustrations de vulves en noir et blanc, ainsi que des projections vidéo.

Pour plus d’informations :
https://i-d.vice.com/fr/article/pourquoi-est-il-si-complexe-de-reprsenter-le-sexe-fminin

ALEJANDRO FLORES – Performance

Descriptif :
Depuis que les humains ont commencé à se transformer en animaux intelligents, leurs yeux se sont mis à dériver lentement, en oubliant peu à peu leur pouvoir sensible ; depuis l’apparition de grandes distances entre les diverses réalités sociales, entre les territoires, entre les terrains à explorer, l’individualisme des hommes a pris une place chaque jour plus totale, en déplaçant notre attention vers des lieux où nous nous sommes trouvés ou perdus, éloignés. L’œil possède un poids, un pouvoir inimaginable de communication. Aujourd’hui, à cause du contrôle social sur l’information, il est facile de détourner les regards, de diviser, séparer ; chacun se lance dans une direction absolument différente. On met au monde de nouvelles générations d’aveugles volontaires.

Après des études de danse au Costa Rica, Alejandro Flores intègre en 2013 la Folkwang Universität der Künste à Essen, en Allemagne, où il suivra entre autres les enseignements de Malou Airaudo, Etsuko Kakami et Giorgia Madama. Il travaille pour le chorégraphe berlinois Tino Sehgal, dans la pièce Kiss au Lehnbruck Museum.
Il intègre ensuite la compagnie AURA Dance Theater dirigée par Birute Letukaite, en Lituanie, et danse pour des chorégraphes tels que Hygin Delimat et Samuel Mathieu.
Il crée sous la direction de Körper zum Verkaufen, El Jardin de las Papas et Lost Eyes in The Time. En 2012 pour un premier projet, puis en 2015 en participant à la création de « CommunExtase » qui tourne actuellement en France, il collabore avec Christophe Haleb, et sa compagnie LA ZOUZE, basée à Marseille, qui entretient un lien fort avec l’Amérique centrale et latine.