Bernard Rancillac

• 3 juin 2017 15h00 • Espace Niemeyer

Le Musée de La Poste (actuellement fermé pour rénovation) présente, à l’espace Niemeyer, une rétrospective du travail de l’artiste Bernard Rancillac. Une centaine d’œuvres, datant de 1961 à 2015, sont mises en lumière sur plus de 1300 m2. Des peintures, des objets, des affiches, des installations et des collages sont, entre autres, à découvrir. Le parcours propose une approche complète, et représentative, d’une grande figure de la Figuration Narrative.

Bernard Rancillac est l’un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l’inventeur d’une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faie accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l’actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l’art. Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l’actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l’art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l’abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d’art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d’art moderne de la ville de Paris, l’exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l’utilisation qu’ils font de l’image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d’images très varié (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo…) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d’inventions formelles d’une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma…), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l’histoire de l’art ». Bien que l’effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Lieu : Espace Niemeyer, 2 place du Colonel Fabien, Paris
Visite gratuite. Inscription obligatoire.