Candice Lin

• 4 novembre 2017 17h00 • Bétonsalon

× Visite GRATUITE réservée aux adhérent-e-s & en présence de l’un-e des commissaires de l’exposition ; Lotte Arndt et/ou Lucas Morin ×

✐ Inscription OBLIGATOIRE sur http://bit.ly/2xLv1Bv ✐
✐ Adhésion sur http://bit.ly/1TSB1fp ✐

☞ Rdv à 15h à Bétonsalon – Centre d’art et de recherche !

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

CANDICE LIN : A HARD WHITE BODY (UN CORPS BLANC EXQUIS)
EXPOSITION DU 6 SEP­TEM­BRE AU 23 DÉCEM­BRE 2017
Bétonsalon – Centre d’art et de recherche
9 esplanade Pierre Vidal-Naquet
75013 Paris
>> Comment venir ? http://bit.ly/2kTSTwG
>> En savoir plus ici : http://bit.ly/2kW5v6q

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Avec A Hard White Body (Un corps blanc exquis), Candice Lin fait réson­ner deux his­toi­res dont l’entre­la­ce­ment ne relève d’aucune évidence. L’écrivain et pen­seur poli­ti­que noir amé­ri­cain exilé en France James Baldwin (1924-1987) et la bota­niste fran­çaise Jeanne Baret (1740-1807), pre­mière femme à avoir navi­gué autour du globe lors du voyage de Bougainville, sem­blent ne rien par­ta­ger sinon leurs ini­tia­les. Lin asso­cie deux per­son­na­ges qui, à deux siè­cles d’écart, ont vécu des désirs permis seu­le­ment par le dépla­ce­ment loin de leur terre natale et se sont joués des pro­jec­tions de genre et de race qui leur étaient assi­gnées, jusqu’à par­fois s’en récla­mer.
Dans son ins­tal­la­tion, Candice Lin crée une cham­bre à cou­cher en por­ce­laine non-cuite ins­pi­rée du roman de James Baldwin La cham­bre de Giovanni, qu’elle imprè­gne d’un dis­til­lat de pisse, d’eau de la Seine et de plan­tes médi­ci­na­les pro­ba­ble­ment uti­li­sées par Jeanne Baret. La por­ce­laine est ce corps blanc exquis, objet de la convoi­tise occi­den­tale en Chine uti­lisé plus tard comme filtre bac­té­rio­lo­gi­que, qui évoque la pureté, la blan­cheur et la résis­tance à la souillure.
En asso­ciant por­ce­laine et liqui­des odo­rants, Lin met en jeu les his­toi­res de l’exo­tisme, de la viro­lo­gie et du com­merce global et sou­lève la ques­tion d’un lan­gage racia­lisé. Elle met en place des pro­ces­sus de conta­mi­na­tion entre maté­riaux orga­ni­ques et inor­ga­ni­ques, façon­nant des écosystèmes sculp­tu­raux ins­ta­bles qui deman­dent une atten­tion cons­tante. Chacun.e est invité.e à s’y impli­quer phy­si­que­ment

゜゜゜゜゜゜゜゜゜゜゜゜
Candice Lin est titu­laire d’un MFA en Nouveaux Genres du San Francisco Art Institute et d’un double BA en Arts visuels et Sémiotiques de l’art de la Brown University. Son tra­vail inter­roge les notions de genre, race et sexua­lité, se fon­dant sur les théo­ries scien­ti­fi­ques, l’anthro­po­lo­gie et les théo­ries queer. Le tra­vail de Candice Lin a récem­ment été exposé à Los Angeles Contemporary Exhibitions, LAXART, Kadist Art Foundation à Paris, la Delfina Foundation à Londres, et Akuna Zentroa/Alhondiga Bilbao, Espagne et a fait l’objet de récen­tes expo­si­tions per­son­nel­les à Gasworks (Londres) et Commonwealth and Council (Los Angeles). Elle est repré­sen­tée par la Ghebaly Gallery à Los Angeles et Quadrado Azul à Porto. Elle vit et tra­vaille à Los Angeles.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Polychrome
Intempestif, fenêtre sur corps, table de dissection des stéréotypes, palette de contre-cultures, Polychrome propose des événements autour de la représentation du corps, du désir et du genre. N’ayez crainte, la flânerie, même sans garde-fou, ne mène finalement… qu’ailleurs.

Soutenez nos événements en adhérant à l’asso : http://bit.ly/1TSB1fp