ON VA TOUT DALLASSER PAMELA

• 19/11 à 16h • Le Tarmac

Journée : “La drague : ton univers impitoyable”

Pour sa nouvelle création, Marielle Pinsard observe, de sa lorgnette helvète, la “drague à l’africaine”. L’artiste suisse a mené l’enquête et pour cela fait appel à ses meilleurs limiers afin de connaître les techniques utilisées en Afrique, singulièrement lorsque la cible est européenne.

A Brazzaville, Cotonou et Abidjan, ses “envoyés (très) spéciaux” sont allés sur le terrain et, sans nul doute, se sont sacrifiés, âmes et… corps, pour mener à bien leur travail. Il en ressort une galerie de tableaux réunis en un musée des travaux pratiques ; pour l’occasion, un “maquis”, avec ambiance festive, coupé-décalé, DJ et musique techno. Contre-plongée, effet-loupe, zooms avant et arrière, Marielle Pinsard offre une panoplie des conquêtes africaines aussi stéréotypées que déconcertantes.

Ici pas de bluettes qui ne soient efficaces, pas de séduction romantique, on drague pour vivre et pour survivre. Le sentiment comme le désir semblent souvent superflus, à ranger avec les scrupules au magasin des accessoires inutiles, il s’agit de “brouter”, de soutirer un maximum d’argent à celle ou celui qui sera la proie.

On ne ménage pas ses arrière-pensées. On roule les mécaniques. On “dallasse”. On tend des pièges et des perches. On fait dans le concret et qu’importe le mode de paiement, pourvu que l’espèce, comme la victime, sonne et trébuche.

Le propos est hardi, la métaphore alerte, le langage coloré au moins autant que les costumes. C’est drôle et grinçant, amer et cocasse, quelquefois cynique et brutal. La boule à facettes est un miroir amplifiant les convoitises. Et sous la façade du rire et de la farce apparaissent l’imposture éhontée, la détresse, les rancoeurs en noir et blanc, une certaine idée de revanche…

A 18h, en écho à la pièce de Marielle Pinsard, une réflexion avec des sociologues, linguistes, écrivains, artistes autour de la drague et son “univers impitoyable”.
Les Intervenants de la table ronde :

  • Yaya Koné – anthropologue, interviendra autour de son article « Le travail mondialisé du jour et le travaillement local la nuit. Révolution numérique et revanche sociale des Brouteurs du quartier de Koumassi. »
  • Florian Vörös – docteur en sociologie, professeur au département culture de l’Université Lille 3 et chercheur associé au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation de l’Université Paris 8. La thèse qu’il a soutenue en 2015 à l’EHESS porte sur les usages de la pornographie en ligne et les constructions de la masculinité.
  • Fred Pailler – docteur en sociologie, ingénieur d’études et doctorant au Centre Atlantique de philosophie (CAPHI) à l’université de Nantes. Il travaille à l’intersection de la sociologie des techniques et des usages du numérique ainsi que des questions de sexualités, de genres et d’affects. Il étudie notamment depuis 15 ans les cultures de l’intime telles qu’elles sont formulées sur le web.
  • Catherine Deschamps – docteure en anthropologie et HDR en sociologie. Elle est maître de conférences en sociologie et anthropologie urbaines à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val-de-Seine. Après des recherches portant sur les minorités sexuelles et la gestion des risques VIH, elle a travaillé sur la prostitution de rue en Ile-de-France, puis sur le genre, la sexualité et les pratiques hétérosexuelles de drague ou de séduction dans les espaces publics et semi-publics parisiens.
  • Clélia Barbut est chercheuse associée au CERLIS, docteure en histoire et en sociologie… et fait de l’aquagym. Ses recherches portent sur les épistémologies féministes et queer, sur la place des archives en histoire de l’art contemporain, sur la performativité des traces et la mémoire des performances. C’est dans le cadre de ses réflexions actuelles qui portent spécifiquement sur la scénographie de l’oralité que la proposition de Marielle Pinsard a résonné.

Lieu : Le Tarmac – 159 avenue Gambetta – 75020 Paris
Tarif pour le spectacle : de 6 à 25 euros.
Infos et réservations : http://www.letarmac.fr/billetterie/reservations/