Mardi 29 octobre 2015 – 18h30

Conférence par Marika Moisseef

La science-fiction contemporaine dépeint la ‘viviparité’ comme une forme de parasitisme animalisant.
Plus une espèce serait « évoluée », entendez avancée sur le plan technologique ou sur le plan biologique, moins elle procréerait et plus elle serait dépendante d’espèces moins évoluées pour se reproduire. Avec la migration et l’adoption à l’étranger pour les couples stériles, on sait bien ce que doivent les sociétés occidentales modernes dites « plus civilisées » aux sociétés dites « moins évoluées ». Elles sont également celles qui sont le plus préoccupées par la crainte d’une surpopulation qu’elles présentent comme un risque majeur pour l’humanité. L’aspect parasitaire et pullulant de la reproduction des insectes en font donc des personnages privilégiés par la science-fiction hollywoodienne. Le combat de la culture contre la nature est dépeint comme une bataille sans fin entre l’humanité – fortement américanisée – et des espèces extraterrestres insectoïdes tendant à parasiter les humains pour se reproduire. L’association sexe/procréation est décrite comme potentiellement létale pour l’humanité. Cette façon de concevoir la maternité comme animalisante a, bien entendu, quelque chose à voir quant aux représentations de la féminité et du rapport entre les sexes. La science-fiction apparaît comme une véritable mythologie contemporaine qui en dit long sur les relations hommes-femmes mais aussi sur les relations entre groupes culturels. Une bonne part de cette mythologie contemporaine s’élabore dans les studios de Hollywood ; Marika Moisseeff prendra pour exemples Starship Troopers, Alien 1, 2, 3, 4, Xtro, La mutante 1 et 2…

Marika Moisseeff, Psychiatre et ethnologue, CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale. Une partie de ses travaux anthropologiques sur les processus de construction identitaire porte sur l’étude comparative des représentations du sexe et de la procréation et la science-fiction comme mythologie occidentale contemporaine.

Entrée gratuite.
Réservation par mail obligatoire pour les personnes extérieures à l’Ecole du Louvre.

Lieu : Ecole du Louvre, Palais du Louvre, Porte Jaujard, 75001