Xénoglossologie utopique : dans les entrailles de la bête

• 20 avril 2017 18h30 • École du Louvre

Xénoglossologie pour « étude des langue étrangères ». Est-ce l’autre, le « xéno », qui est utopique ou bien la langue ? Ou peut-être même est-ce la forme de cette étude ? La science-fiction regorge de monstres, d’aliens, de mutants, de cyborgs, bref de tout un tas de bêtes, le plus souvent inquiétantes voire dangereuses. Mais n’est-il pas possible de trouver aussi dans ces figures de l’altérité radicale un espoir, mieux un horizon, qui nous pousse à mettre en perspective nos catégories de pensée et notre monde ?
L’utopie est à la fois concept, type de récit, expérience pratique… Elle fait peur ou est carrément rejetée du côté de l’illusion et de l’inutilité. Mais si on se plonge dans les entrailles de cette bestiole à multiples visages, c’est un laboratoire politique et émancipateur infini qui se développe sous nos yeux, loin, très loin, des seules images de carnages totalitaires et dystopiques dont nous sommes abreuvés (dans notre culture occidentale comme dans nos sociétés). Utopie de l’autre, de l’étranger, donc, et aussi l’autre, l’étrange et l’inconnu, dans l’utopie.

Cette plongée dans l’utopie et dans son rapport à l’altérité se veut une invitation à considérer la SF et l’utopie comme des pratiques politiques très concrètes et excessivement positives, ici et maintenant, en dehors des visions éculées du seul rêve de perfection ou d’idéal. Bref, il s’agira de repolitiser l’utopie. Ou d’utopiser les extraterrestres, mutants et autres bêtes qui hantent nos imaginaires. On se penchera pour l’occasion sur le film « Premier Contact » (2016) de Denis Villeneuve.

Docteure en Philosophie politique, Alice Carabédian est chercheuse au Laboratoire de Changement Social et Politique à l’Université Denis Diderot. Ses travaux portent sur la littérature de science-fiction comme laboratoire de pensée et moyen de problématiser les enjeux politiques contemporains. Sa thèse porte sur une relecture et une reconceptualisation de l’utopie politique et critique à travers l’œuvre science-fictionnelle de Iain M. Banks. Elle est co-fondatrice de l’Archipel des devenirs – Centre de recherche sur l’utopie.

Conférence gratuite.
Inscription obligatoire : https://www.helloasso.com/associations/polychrome/evenements/conference-xenoglossologie-utopique

Lieu : École du Louvre, Amphithéâtre Michel Ange, 16 quai François Mitterrand 75001 Paris